Travel Make People

Road trip dans les Balkans

Road trip dans les Balkans

3 semaines pour découvrir les balkans en voiture. Voilà la destination de l’été 2017. Au programme, la Slovénie, la Bosnie et la Croatie avec quelques haltes dans les pays traversés que sont l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie.

Dans cet article je partagerai quelques photos, des sensations et quelques repères historiques pour découvrir un peu plus ces pays qui méritent toutes les curiosités.

Le frisson de Dachau

Pour commencer ce petit périple dans la bonne humeur, nous décidons de faire une escale par le camp de concentration de Dachau dans la région de Munich.

Entrée de Dachau

Entrée de Dachau

Pour resituer dans le contexte, le camp de Dachau a été ouvert en 1933 par Himmler pour d’abord accueillir des opposants politiques avant d’être libéré par l’armée américaine en avril 1945. En 12 ans, c’est près de 250 000 personnes qui furent internées à Dachau pour plus de 40 000 morts dans les enceintes du camp et bien plus encore pour tout ceux qui ont été transférés dans des camps satellites et ceux qui n’ont pu survivre après la libération. Dachau c’est des milliers de meurtres, des tortures, des épidémies de typhus, des expérimentations scientifiques sur les détenues, une chambre à gaz qui n’aurait cependant que peu fonctionné suite à des dysfonctionnements faisant du camp bavarois, l’un des plus meurtriers.

Cour de Dachau

Cour de Dachau

Nous pénétrons le camp par la tristement célèbre porte métallique du camp (de retour en février 2017 après avoir été volé en 2014 et retrouvé quelques années plus tard en Norvège) sur laquelle nous pouvons lire l’inscription « Arbeit macht frei », littéralement : le travail rend libre.

"Le travail rend libre"

« Le travail rend libre »

Nous bénéficions pour cette visite (gratuite) d’un audioguide (payant mais au tarif très abordable) très riche et très complet avec des explications précises et des témoignages poignants de certains détenus.

Nous découvrons la dernière debout des 34 baraques des détenus qui devaient en principe contenir 208 prisonniers mais qui en accueillaient 1600 l’arrivée des soldats américains. Les conditions de détention sont absolument effroyables …

Barraque Dachau

Surpopulation des baraques

DSC00027

DSC00033

11 toilettes pour 1600 …

Le baraquement X au fond du camp est celui des fours crématoires et de la chambre à gaz … Le sang se glace en pénétrant ces pièces, la chambre ressemble à s’y méprendre à une salle de douche.

Baraquement X

Baraquement X

Fours crématoires

Fours crématoires

Chambre à gaz

Chambre à gaz

Je quitterai le camp les yeux humides devant tant d’horreurs et de barbaries …

20264882_10155437551523376_7537561988619257951_n

L’horreur de Dachau

Le surf à Munich

Changement de décor avec Munich et son « Englischer Garten », l’un des plus grands parcs urbains du monde s’étalant sur 375 hectares dans lequel énormément de munichois et de touristes s’y rassemblent. L’endroit idéal pour une ballade ou un pique-nique dans un espace très boisé et irrigué par de nombreux ruisseaux dont l’un d’eux accueille même des surfeurs sur une vague naturelle permanente.

Englisher_garten

Le jardin anglais de Munich

surf_munich

A Munich, on surf dans les parcs

On y retrouve également la Chinesischen Turm (tour chinoise) surplombant l’un des 4 Biergarten du parc (espace de plein-air pour consommer de la bière et pique-niquer) de 7000 places.

20170721_200208

Affluence au biergarten de la Chinesischen Turm

Affluence au biergarten de la Chinesischen Turm

Munich

Munich

Entre lacs et montagnes à Hallstatt en Autriche

Avant de rejoindre les montagnes slovènes, il faut traverser les alpes autrichiennes et la région des lacs du Salzkammergut au sud de Salzbourg. Nous ferons halte d’une nuit à Hallstatt, une petite commune de 800 habitants inscrite au patrimoine mondial de l’Uneso pour ses maisons à couleur pastel et déclarée « plus belle ville au bord du lac dans le monde ».

Hallstatt lac

Un endroit paisible pour la lecture

DSC00114

Dans Hallstatt

L’endroit est magnifique, les montagnes surplombent le lac offrant un jeu de lumière sublime sur l’eau à l’heure du coucher du soleil.

Le chat qui n'avait pas peur de l'eau

Le chat qui n’avait pas peur de l’eau

Le lac d'Hallstatt

Le lac d’Hallstatt

Photo JR Photography

Photo JR Photography

Avant de franchir la frontière autrichienne, nous ferons un dernier arrêt à Villach et Klagenfurt.

La verdoyante Slovénie et le Triglav

Nous pénétrons les terres slovènes après un bon millier de kilomètres par le Triglav, la grande montagne slovène qui signifie « Trois têtes » en langue locale. Elle culmine à 2860 mètres d’altitude et s’étend sur 880 km².

Slovénie4 Slovénie Slovénie2Dans la lignée d’Hallstatt se trouvent magnifiques villages au pied des montagnes en bordure de lacs. Nous ferons quelques arrêts sur la route qui nous mènera jusqu’à Bled, destination phare en Slovénie et pour son île au milieu du lac où est fièrement érigée une église avec un château à flanc de falaise sur fond de sommets alpins. Il y paraît que les eaux y sont bleus cristallines … Nous n’en profiterons hélas pas à cause des mauvaises conditions météo.

Bled, Slovénie

Bled, Slovénie

Bled2Tout près, se trouve le lac de Bohinj près des lacs de glace et la cascade de Savica. Nous monterons à pied le petit sentier (payant) qui mène à la cascade pour profiter du spectacle avant d’essuyer un orage violent en tente la nuit suivante.

Cascade de Savica

Cascade de Savica

Entre deux averses, nous décidons de partir aux aurores pour explorer les hauteurs slovènes. Pour rejoindre, le début de la ballade, il faudra être vigilant car le sentier qui y mène en voiture est raide et plein de trous et de bosses. Nous partirons à 1200 mètres d’altitude pour rejoindre le sommet à 2080 mètres. La rando ne présente pas de difficulté particulière hormis le dénivelé.

Vaches

Sous bonne escorte

20170725_101616

Sommet en vue

La vue au sommet est splendide et mérite bien quelques photos.

Sommet TriglavPlus d’informations sur la rando ici : http://slovenie-secrete.fr/2013/08/28/rando-magique-slovenie/

Ljubjlana la blanche

Avant de prendre la direction de la capitale, nous ferons deux autres arrêts. Le premier, dans un petit village authentique slovène : Selo pri Bledu où règne une atmosphère très paisible dans une jolie vallée verte, et la seconde à Kranj sous le déluge, la quatrième ville de Slovénie.

Selo pri Bledu

Selo pri Bledu

Selo4

Ruches slovènes

Selo2

20170724_124621

20170724_132105

Particularité slovène pour entreposer le bois

Kranj

Kranj

Ancienne ville romaine appelée Emona, la capitale slovène est surnomée « Ljubjlana la blanche » dû au nombre impressionnant d’église de couleurs claires et pales qui ont été construites dans la ville au XIVe siècle.

La ville y est très agréable et nous nous retrouvons très vite sur le fameux Tromostovje (triple pont).

Photo du web

Photo du web

DSC00058

Vue sur Ljubjana

Le triple pont

Le triple pont

Pour s’abriter de la nouvelle grosse averse, nous choisissons le bar daktari qui, comme son nom l’indique, fait la part belle à la célèbre série des années 60’s sur un orphelinat pour animaux en Afrique. L’ambiance y est très chaleureuse et on y découvre avec surprises d’excellentes bières belges.

DSC00046

Le Daktari bar

Le Daktari bar

Le pont des amoureux

Le pont des amoureux

Un peu plus tard avec des amis rémois rencontrés au Makalonca, nous goûterons à quelques spécialités slovènes (des goulash) au Katakombe Konoba bien que sur certains sites, il est vivement conseillé d’aller les goûter dans les « gostilna » dans la campagne slovène qui seront bien plus authentiques.

DSC00055

20170725_184759

Zagreb, la petite Vienne

Bye bye la Slovénie, direction la Bosnie ! Mais en chemin, il faudra faire un premier passage en terres croates et notamment par la capitale, Zagreb.

Marché de Zagreb

Marché de Zagreb

La visite sera rapide mais permet malgré tout d’entrevoir que Zagreb est une ville historique, mêlant le baroque, le gothique et le plus moderne, du street art, des espaces de verdure, des monuments et nombre de galeries et de musées.

Cathédrale Saint-Stéphane

Cathédrale Saint-Stéphane

20170726_132044 20376009_10155451932708376_1755010102866291151_n

L’accueil bosnien

L’entrée en Bosnie me restera longtemps en mémoire … D’abord pas mal de stress en constatant que je n’avais pas fait suivre jusqu’à ma voiture l’attestation d’assurance de l’année en cours et que cela a été remarqué par le garde frontière … avant que celui-ci n’appelle son collègue qui se présentera comme le seul bosnien à parler français. Et visiblement cela l’enchantait d’utiliser ses connaissances linguistiques. Pendant 15 à 20 minutes, en remplissant un document provisoire permettant de bénéficier d’une assurance d’une semaine en Bosnie (facturée une vingtaine d’euros), l’échange est très friendly et se termine par une poignée de main très amicale. Un échange surprenant et spontané dans la lignée de ceux que nous aurons en Bosnie.

20431774_10155459257893376_4452706869393412920_nJusqu’ici, notre navigation était facile bénéficiant d’un GPS avec les cartes européennes avec l’appui de smartphones avec appli GPS pour relayer la batterie du premier. Mais en Bosnie, chaque donnée utilisée par un mobile est fortement surtaxée et le GPS de voiture ne disposait pas de carte précise. Pour trouver notre Air Bnb à Banja Luka, nous décidons d’aller demander de l’aide à la station service à l’entrée de la ville aux alentours de 20h30. Les deux employés parlent très peu l’anglais et tentent d’effectuer des recherches avec notre adresse sur leur mobile mais cela semble compliqué. Les discussions durent une quinzaine de minutes, un client taillé dans une montagne tente lui aussi d’obtenir des informations en passant un coup de fil. Un employé tente finalement de nous faire un plan très simplifié en essayant de nous donner quelques repères dans un anglais approximatif avant que le client ne finisse sa bière d’un trait et déchire la feuille en nous faisant signe qu’il allait nous accompagner. 25 minutes plus tard, après avoir fait quelques détours et arrêté quelques personnes pour demander des informations, notre solide gaillard nous laisse dans la rue que nous recherchions et nous quitte avec notre plus grande gratitude, merci la Bosnie ! D’autant plus que l’accueil qui nous a été fait par les hôtes Air Bnb a lui aussi été superbe malgré les difficultés de communication.

La solidarité bosnienne

La solidarité bosnienne

Les cascades de Jajce, la mosquée de Travnik et les pyramides de Visoko

Sur la route de Sarajevo, nous décidons de profiter de la journée pour faire quelques nouvelles haltes. La première nous amène à Jajce où le château et les cascades nous offrent une superbe vue après une bonne petite ballade sur les hauteurs.

Cascade de Jayce

Cascade de Jayce

20374399_10155460719523376_5788971073701112370_n

Château de Jayce

La seconde à Travnik, bourgade marquée par son remarquable patrimoine architectural ottoman et sa splendide mosquée de Sulejmanija qui m’a complètement bluffée.

Travnik

Travnik

20476539_10155454897053376_3848019947041378342_n

Mosquée de Sulejmanija

Mosquée de Sulejmanija

Reconversion

Reconversion

En fin de journée, nous tombions nez à nez avec les pyramides de Visoko. Il s’agit ici d’une exceptionnelle vallée où trônent fièrement 4 immenses pyramides « naturelles » ? Un chercheur bosnien a remis en doute ce côté naturel en  partageant ses découvertes intrigantes en 2005 : triangle équilatéral entre les 3 principales pyramides, parfaite orientation de la principale, vaste réseau de tunnels préhistoriques découvert … Selon lui, elles seraient des marques enfouies sous la végétation de la civilisation illyrienne. N’ayant malheureusement pas assez de temps pour arpenter les sentiers des pyramides, nous privilégierons l’ambiance chaleureuse du marché de Visoko.

Pyramides de Visoko

Pyramides de Visoko

Marché de Visoko

Marché de Visoko

Ma photo préférée

Ma photo préférée

Enfants bosniens

Enfants bosniens

20170727_071439Sarajevo, la Jérusalem des balkans

Les premiers tours de roue dans la périphérie de Sarajevo sont marqués par d’innombrables bâtiments criblés de balle ou à moitié détruits par la récente guerre.

DSC00139

20170727_192451On se souvient que l’histoire récente de la Bosnie et des Etats voisins a largement été marquée par une guerre civile d’indépendance dans les années 1990. Au sein de l’Etat fédéral yougoslave, les slovènes furent les premiers à obtenir leur indépendance en 1991 chassant l’armée yougoslave en 10 jours. Ce fut plus difficile pour les bosniens qui durent batailler 3 ans durant de 1992 à 1995 dans une guerre d’indépendance qui causa plus de 100 000 morts et qui dû déplacer près de 2 millions de personnes et qui occasionna beaucoup de dégâts sur le territoire bosnien.

Fontaine Sebilj sur la place Baščaršija

Fontaine Sebilj sur la place Baščaršija

20376003_10155459257558376_6567012830198930959_nUne fois bien installés dans chez un hôte Air Bnb en plein centre, nous passerons une délicieuse soirée à arpenter les ruelles pavées du quartier central de Baščaršija la « cité turque » où l’on trouve nombre de commerçants d’étoffes, d’épices, de joailliers, qui a fait la richesse de la ville.

20374630_10155454897453376_1729084210378498402_nDSC00003

20476588_10155459267588376_5781521466099705160_nNous nous installerons dans un petit restaurant typique du centre pour goûter les spécialités locales comme avec les cevapcici (ce sont des petits rouleaux qui ressemblent à des saucisses, faites de viande hachée et mélangés avec des épices. Les cevapcici sont la plupart du temps, servis en sandwich, dans du pain nommé somun, en forme de pita, avec des oignons, du choux ou / et du fromage), des Japrak (rouleaux de chou farcis à la viande et au riz) ou des  raznici (brochettes de boeuf), le tout accompagné par un petit verre de vin local et une bière, la Sarajevsko non filtrée qui a bien plus de caractère que son homologue filtrée.

20170727_215708

Cevapcici

Cevapcici

Japrak

Japrak

Le lendemain, nous profitons d’une belle journée pour découvrir un peu mieux Sarajevo. C’est très dépaysant par rapport à des grandes cités européennes comme peut l’être Paris par exemple. L’architecture tranche déjà radicalement de par les coupoles, des grands hall voutés (Iwans), les pishtak, les arcs outrepassés, les mosaïques et les étroites ruelles nous plongeant dans l’ambiance des souks d’Afrique du Nord. L’atmosphère y semble très sereine et apaisée, chacun y affiche librement ses croyances qui sont très diverses à Sarajevo malgré la prégnance de la religion musulmane. D’ailleurs, le centre ville est délimité par un triangle entre les trois grands édifices religieux de la ville : la mosquée impériale, la synagogue et La cathédrale catholique du Cœur-de-Jésus marquant encore davantage l’ouverture culturelle de Sarajevo.

DSC00040

20294149_10155459237648376_872096507004102246_n 20375977_10155459261308376_4222798833255404704_n 20376186_10155459258473376_9169735431784181398_n

Grande Mosquée de Sarajevo

Grande Mosquée de Sarajevo

20170728_100426Aujourd’hui c’est vendredi, et nous assistons à la mosquée impériale à la grande prière de la semaine. D’abord ébahis par une telle ferveur joyeuse (la mosquée et ses environs sont plein à craquer), nous fûmes un petit peu gênés de voir toutes les femmes même voilées sorties peu à peu de l’enceinte de la mosquée … La prière semble être une histoire d’hommes. Nous retrouverons le sourire à expérimenter le bar à chichas voisin, théâtre de plusieurs fous rires pour des fumeurs novices que nous sommes.

DSC00116

20525481_10155459259773376_541539539395477653_n 20375728_10155459260723376_3430853839919154899_n20375865_10155510681094707_1712821238298078694_n

Nous ferons un dernier détour par le cimetière de Kovači, dans lequel sont enterrées les victimes du siège de Sarajevo entre 1992 et 1996 où près de 10 000 personnes ont été tuées, faisant du cimetière un lieu de recueillement qui témoigne de la cruauté de la guerre de Bosnie ; avant de prendre un peu de hauteur sur les crêtes de Sarajevo pour observer une belle vue d’ensemble de la ville.

Cimetière de Kovaci

Cimetière de Kovaci

Vue sur Sarajevo

Vue sur Sarajevo

Le pont de Mostar et les chutes de Kravica

Notre ballade se poursuivra à Mostar, la plus grande ville touristique bosnienne, célèbre pour sa ville historique, ses maisons turques anciennes et surtout : son pont ! Le Stari Most (vieux pont) de Mostar date des années 1500 et a résisté à tous les conflits … sauf le dernier. Il a été en effet détruit en 1993 dans les affrontements qui opposaient croates et bosniens. Sa reconstruction aura coûté 12 millions d’euro avant d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005.

Pont de Mostar

Pont de Mostar

20170728_190518Le pont attire une foule impressionnante de touristes, ce qui a profondément transformé la ville accueillant de plus en plus de vendeurs de souvenirs et de glaciers. Il attire également de jeunes mariés pour immortaliser leur union devant la fierté architecturale bosnienne.

20429658_10155459267908376_2122075394800282259_nTraverser le pont n’est pas une mince affaire, la pente y est très raide et les pavés très glissants. Pas de quoi décourager quelques plongeurs locaux venus proposer leur saut (30 mètres de chute) aux touristes de passage contre quelques mark (monnaie bosnienne).

A 40 km de Mostar se trouvaient les chutes de Kravica. Moins connues que ses voisines croates de Krka ou Plitvice, elles méritent cependant de s’y attarder d’autant plus qu’il est possible de s’y baigner. L’eau est fraîche mais le plaisir de passer de rocher en rocher sous les cascades vous invitera forcément à la braver.

Chutes de Kravica

Chutes de Kravica

20479955_10155460691073376_4213300653143091059_n

parc-kravice-bosnieEn revenant vers Mostar pour y passer une nuit au camping, nous nous sommes arrêtés dans le très joli village médiéval de Pocitelj.

Pocitelj

Pocitelj

20170729_164903

Vue de la tour du château

La Bosnie aura été pour moi le pays le plus dépaysant du point de vue culturel d’abord. J’ai eu l’impression de me plonger dans un pays d’Afrique du Nord tant la prégnance de la religion musulmane est importante ce qui tranche brutalement avec la Slovénie et la Croatie dans lesquels je n’ai le souvenir d’avoir aperçu une mosquée. Il était fort intéressant de s’ouvrir à cette culture musulmane bosnienne et de s’imprégner de ses couleurs, ses odeurs, ses traditions ou ses spécialités. L’autre élément marquant ici est les traces très présentes d’une guerre civile récente et intense. De très nombreux quartiers arborent encore un nombre incalculable d’impacts de tirs rappelant la violence des affrontements. Cette proximité historique fait de la Bosnie un pays encore peu fréquenté par les touristes (hormis quelques régions du sud comme Mostar) ce qui le rend encore plus authentique et spontané dans les échanges avec les locaux. Loin d’être aussi beau que les côtes bleues turquoises croates, la Bosnie intrigue et mérite toutes les attentions.

20375826_10155454894438376_5443218996403261349_nRetour en Croatie à Dubrovnik alias Port-Real dans Game of thrones

Dubrovnik, appelée la « perle de l’Adriatique », a connu une véritable explosion touristique ces dernières années. Considérée comme l’une des plus belles villes d’Europe, elle est habituée à voir défiler les touristes de par sa magnifique ville médiévale, ses remparts, ses palais et couvents. Mais le tsunami touristique provoqué par le tournage de la série Game of Thrones rend difficile l’accès à la vielle ville, notamment pour les locaux.

A l'approche de Dubrovnik

A l’approche de Dubrovnik

Vue sur Dubrovnik

Vue sur Dubrovnik

20170730_013011Pourtant les bombardements en 1991 n’avaient pas épargné la ville qui a cependant su ressusciter pour enchanter les touristes. La vieille ville est en effet magnifique, il y est très agréable de se perdre dans les nombreuses ruelles entre les remparts dont certaines échappent encore à l’envahissement des magasins de souvenirs stéréotypés.

Beaucoup de monde ...

Beaucoup de monde …

20621225_10155482813283376_2149793774741065767_nL’île de Korčula et ses plages bleues turquoises

Avant d’embarquer en ferry pour l’île de Korčula, nous profitons du vignoble de la presqu’île de Pelješac (considéré comme parmi les meilleurs vins croates) qui s’étend sur près de 62 km. Nous nous arrêtons chez un vigneron qui nous fera partager ses connaissances et goûter ses bons vins.

Citadelle de Ston, la muraille de Chine croate

Citadelle de Ston, la muraille de Chine croate

20170731_121056

Une bonne dégustation

Étant en avance sur le ferry que nous prendrons en fin de journée à Orebič, nous passerons une délicieuse après-midi au bout de la presqu’île à Lovište à déjeuner, nager et bronzer sur le ponton devant une eau bleue turquoise absolument magnifique rien que pour nos yeux.

20476590_10155517055219707_4444560628922387361_nArrivés sur l’île de Korčula, nous visiterons la petite ville fortifiée du même nom qui est un Dubrovnik miniature.

20431737_10155469133218376_3436999542433684805_n

Ville de Korcula

Ville de Korcula

Non loin de là, à Lumbarda, nous entamerons une grande traversée à la nage (et en matelas gonflable) pour rejoindre deux petites îles voisines sous une chaleur accablante (plus de 40 °C) qui nous fera peu quitter les belles plages croates toute la semaine.

Il fait chaud !!

Il fait chaud !!

20170801_17031820170802_144622A la recherche de coins privilégiés pour faire du snorkeling (plongée en apnée), nous nous dirigeons vers le Nord de l’île à Vela Luka qui semble plus propice. Nous n’y trouverons guère plus d’animation sous-marine mais rencontrerons un groupe de chanteurs local sexagénaire qui nous inviterons gracieusement partager leur table (et une partie de leur repas) dans un restaurant typique quand ils virent que plus aucune autre n’était libre, un chouette moment de partage avec quelques chansons en prime.

20170801_221226

Magnifique camping sous les oliviers à Vela Luka

Magnifique camping sous les oliviers à Vela Luka

Nous y trouverons également une petite crique à l’accès discret et donc peu fréquentée qui restera pour moi mon meilleur souvenir de plage entre roches stratifiées et des couleurs d’eau absolument magnifiques dignes des plus belles plages paradisiaques.

Une crique magnifique !

Une crique magnifique !

20170802_120727La plage de Punta Rata, Split, Trogir, Primošten

En remontant le long de la côte croate, nous ne pouvions échapper à la plage de Punta Rata à Brela après voir lu que le magazine américain Forbes l’avait classé parmi les dix plus belles plages du monde avec celles de Copacabana, Saint-Tropez, les Maldives ou la Costa del Sol en Espagne.

20170803_135056

Plage de Punta Rata

20170803_144638

Un flamand rose très présent en Croatie

En arrivant sur la plage, nous découvrons une plage de galets fins et une dense forêt de pins qui abrite les plagistes du soleil plombant. C’est très joli et à la fois agréable de pouvoir profiter d’une vaste ombre au bord de la plage, mais cela n’enleva peu à notre déception. Qui dit plage réputée, dit forte attraction touristique. La mer bleue cristalline est masquée par l’afflux de touristes dans l’eau, nous passerons un bon moment mais regretterons nos belles criques désertes de Korčula.

Plage de Punta Rata

A l’ombre des pins

Nous poursuivrons dès lors notre remontée en visitant quelques villes historiques en commençant par Split, ancienne province romaine de Dalmatie où résida l’empereur romain Dioclétien qui séjourna dans le plus grand palais encore conservé.

Split

Split

20525994_10155477053138376_3428575014897725911_nLa vieille ville est magnifique et on se perd dans tous les vestiges antiques qui foisonnent à Split, du palais et ses sous-terrains, à la cathédrale Saint-Domnius en passant par la forteresse Klis et la porte d’argent …

20170803_164723

20604452_10155477056123376_8410952757869745523_n

20637859_10155477054328376_6836857025205386935_nTrogir sera notre prochain arrêt. Trogir est considérée comme la ville romano-gothique la plus intacte de tout l’Adriatique. On s’y perd facilement dans le dédale des ruelles qui y fait un endroit vraiment agréable à visiter malgré l’afflux de touristes et de magasins de souvenirs dans les rues principales.

20480020_10155465104978376_8019972729263934495_n

Trogir

20597490_10155482812598376_1776074655280014819_n

20622031_10155477056308376_8861776140209225734_nA 20 km au Sud de Šibenik, nous découvrons le magnifique village de Primošten, un vrai petit paradis situé sur un îlot qui fut relié à la terre ferme par un petit pont remplacé au 19e siècle par un terre-plein artificiel. Primošten vient d’ailleurs du croate primostiti qui signifie littéralement en croate « jeter un pont ». Primošten est un charmant petit village de pêcheur qui offre de belles promenades dans les ruelles fleuries de sa vieille ville entourée d’une magnifique eau turquoise.

Primosten

Primosten

20170804_163710L’île lunaire de Pag

Lîle de Pag est vraiment une île croate très atypique de par sa végétation qui contraste fortement avec les autres îles du pays comme la très boisée Korčula peuplée de pins, de cyprès et d’oliviers ou des collines karstiques de Hvar.

20597228_10155480045213376_495877928676363763_n

Île de Pag

20170804_192534Nous arrivons sur l’île de Pag via un long pont qui relie le continent à l’île. Le Sud est plutôt protégée des vents et est couverte de forêts verdoyantes et de vignes. On y trouve également nombre de marais salants. Le Nord quant à lui est balayé par le vent du Nord, la bura, et est complètement dénudé de végétation, seuls quelques très rares arbustes sont visibles laissant l’impression d’un paysage lunaire magnifique !

Marais salant de Pag

Marais salant de Pag

Paysage lunaire

Paysage lunaire

L’île est connue pour son fromage artisanal de brebis (Paški sir), ainsi que pour son vin et ses récoltes de sel. Mais elle est surtout connue pour ses fêtes sur la Plaza Zrce à Novalja. La plage de Zrce est recherchée par les jeunes adultes : c’est un des haut lieu de fête et de musique en Croatie et chaque été la plage se transforme en discothèque à ciel ouvert. C’est un peu le Ibiza croate, nous rencontrerons des vagues impressionnantes de jeunes à tous les arrêts de bus.

Spring break de Novalja

Spring break de Novalja

Nous passerons à la nuit au Sveti Duh Tent Camp qui où nous assisterons à un magnifique coucher de soleil sur l’île de Pag. Le lendemain, après une ballade sur la lune, nous reprendrons la direction de la côte par le ferry non sans avoir piqué une tête dans la magnifique eau bleue bordant le port.

20170805_113549

20170804_201326

Sveti duh camp tent

20170804_201325

20597173_10155480047468376_9193925301728529507_nLa péninsule istrienne et le cap Kamenjak

Nous ferons notre ultime escale croate sur la péninsule d’Istrie à la recherche d’une dernière plage sublime avant d’entamer la route du retour. Nous identifierons via google maps quelques coins où nous pourrions retrouver le turquoise des plages du sud mais nous serons finalement assez déçus par la couleur de l’eau des plages de Rabac et de Medulin.

Plage de Medulin

Plage de Medulin

Nous opterons finalement pour le cap Kamenjak à l’extrême sud de la péninsule. Il s’agit d’un parc naturel protégé de 3400 mètres de long et de 500 à 1600 mètres de large, l’entrée y est payante (35 kunas par voiture soit environ 4,50 €). On y trouve une trentaine de criques pittoresques entourées par des eaux cristallines. La végétation du cap est composée de plus de 600 variétés de plantes dont de nombreuses espèces d’orchidées. La faune y est aussi riche grâce aux reptiles, amphibiens, volatiles et espèces sous-marines. On trouve même une centaine d’empreintes de dinosaures.

Cap Kamenjak

Cap Kamenjak

Les plages de sable fin alternent avec des petites falaises sublimes en bord de mer avec un joli phare au loin. Le tout étant magnifiquement entretenu et loin des grandes affluences touristiques de certaines parties de la côte, il y est très facile de s’y installer sans personne à l’horizon.

20604372_10155482811363376_2674042447467813916_n20170806_12304020170806_123229

20622180_10155482811638376_6118437351733310228_nLes plages du cap Kamenjak sont classées parmi les 10 plages les plus captivantes et les plus isolées de la Méditerranée. Il paraîtrait même qu’une promenade dans ce parc apporterait des bienfaits pour la santé grâce à la présence d’un grand nombre d’herbes aromatiques et médicinales.

En remontant vers la Slovénie, nous découvrirons les magnifiques arènes de Pula dans lequel 2 Cellos (duo de violoncellistes croate et slovène qui interprètent les plus grands classiques du rock d’ACDC à Nirvana en passant par les Gun’s N Roses) y a mis le feu en 2013 : https://www.youtube.com/watch?v=Sk5zxA9UP2Q

Arènes de Pula

Arènes de Pula

Ainsi que la vielle ville historique de Rovinj qui ressemble beaucoup à Trogir ou à Primošten.

Rovinj

Rovinj

20170806_162633Les alpes italo-autrichiennes

Avant de s’enfoncer dans les alpes italiennes, nous souhaitions découvrir Piran qui est considérée comme la Venise slovène de par le style vénitien des bâtiments. Il semble que cela soit une très jolie ville mais finalement assez éloignée de l’idée que je m’en faisais ne retrouvant pas les canaux de Venise. Nous ferons que traverser le centre tout comme Portoroz, l’autre grande ville balnéaire de la Slovénie.

On prend un peu de hauteur

On prend un peu de hauteur

Retrouvant des températures plus propices à la marche, nous en profiterons pour aller arpenter les sentiers sur la frontière italo-autrichienne (entre Bolzano et Innsbruck). Une longue ascension en lacets jusqu’au sommet sur lequel nous profiterons de la vue pour pique-niquer.

20170807_15381120170807_142601

20638108_10155487834093376_6399006357674778659_nInnsbruck et le village pittoresque de Mittenwald

Ce qui est marquant en Autriche, c’est l’impressionnante nature verdoyante ! Du vert à perte de vue rendant le paysage d’une douceur éclatante. Rien d’étonnant à cela quand on sait que les forêts autrichiennes couvrent pas moins de 50% de la surface du pays !!! Ca change des montagnes karstiques arides de Croatie.

Le vert, ça claque dans le Tirol !

Le vert, ça claque dans le Tyrol !

Innsbruck est la capitale du Tyrol. Son nom vient de la rivière qui traverse la ville, l’Inn et du mot Brücke qui en allemand signifie « pont » : le pont sur l’Inn. Les principaux attraits d’Innsbruck sont les sports d’hiver, la ville a d’ailleurs accueilli deux fois les Jeux Olympiques en 1964 (avec les 4 médailles des sœurs Goitschel) et 1976.

Tremplin imposant d'Innsbruck

Tremplin imposant d’Innsbruck

20638370_10155487838953376_8228774161246513975_n

La vieille ville, entourée par des sommets montagneux aux pentes vertigineuses à plus de 2000 mètres, est très jolie. En traversant la Maria-Theresien-Strasse, artère touristique principale d’Innsbruck, on peut y apercevoir de jolies façades baroques colorées et le Triumphpforte (arc de triomphe) qui domine fièrement la rue. Nous profiterons de l’occasion pour découvrir quelques spécialités autrichiennes comme le tafelspitz (proche du pot-au-feu français), le semmelkren et l’apfelstrudel (gâteau traditionnel à base de pommes) en dessert.

Arc de Triomphe

Arc de Triomphe

Tafelspitz

Tafelspitz

A quelques lieux de là siège le très charmant village de Mittenwald. C’est un petit village montagnard (900 mètres d’altitude) typique datant entièrement du Moyen-âge et qui possède de nombreuses maisons intégralement peintes et ornées de fleurs. Goethe le qualifiait d’ailleurs de « vivant livre d’images ». Le village est également réputé pour ses luthiers et par une fête médiévale qui battait son plein lors de notre visite. Nous prendrons le temps d’apprécier les savoirs ancestraux tout en dégustant de gigantesques bretzels.

20637792_10155487840843376_4359609580013736382_n

20637974_10155487840568376_7020002605983603963_n

20638911_10155487843233376_1980537255102642436_nLe lac de Constance, la forêt noire allemande, Strasbourg

Il paraît que le lac de Constance est considérée comme la Côte d’Azur allemande, nous n’aurons malheureusement pas le loisir d’en profiter tant la météo est maussade. Pourtant cette région est un paradis pour les vacanciers actifs : randonnées, voile, ballades en vélo, plongée, planche à voile, canoë, ski nautique … Le lac se trouve à la frontière entre trois pays, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche et est principalement alimenté par le Rhein. Nous ferons une brève halte humide à Friedrichshafen, ville connue pour son célèbre inventeur des dirigeables, le comte Ferdinand von Zeppelin.

Lac de Constance sous la grisaille

Lac de Constance sous la grisaille

Normalement ça ressemble à ça :)

Normalement ça ressemble à ça :)

Notre dernière étape hors de l’hexagone se fera sur les routes verdoyantes de la forêt noire allemande, célèbre pour ses légendes et ses sapins noirs. Nous nous arrêterons à Schiltach, un village magnifique où le temps s’est arrêté. On y retrouve tannerie, corderie, facteur d’orgues, moulin à eau, musée de la scierie ainsi que de très nombreuses maisons traditionnelles à colombage bordant la place du marché dressant un cadre très buccolique. Nous ne résisterons pas à l’envie de goûter la spécialité locale, la forêt noire.

20638933_10155487838843376_3115893163234790289_n

Maisons à colombage à Schiltach

Maisons à colombage à Schiltach

Forêt noire

Forêt noire

20170809_122436Nous terminerons ce périple routier par joyeuse ballade dans les rues de Strasbourg que je découvrais pour la première fois. Grande capitale européenne pour ses institutions, c’est aussi une ville pétillante où il fait bon se promener. Nous flânerons dans les boutiques du centre ville et dans le joli quartier de la Petite France encerclé par les bras de l’Ill.

Strasbourg, quartier de la petite France

Strasbourg, quartier de la petite France

20170809_17305520170809_145703Au final, nous aurons parcouru plus de 5500 km, traversé 7 pays en 3 semaines. Nous aurons rencontré une riche diversité autant culturelle qu’au niveau des paysages, fait quelques rencontres étonnantes, pris quelques coups de soleil, essuyé quelques pluies diluviennes, pris quelques photos souvenirs à garder dans les choses à ne pas oublier … Un sentiment d’inachevé marque quand même cette expérience. Le kilométrage et le temps incompressible obligeant parfois à progresser alors que quelques haltes plus longues auraient pu être appréciées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>