Travel Make People

L’Afrique et la Tanzanie

La Tanzanie, les safaris, le Kilimandjaro, les villages …

A l’heure de le raconter, la Tanzanie reste le voyage le plus dépaysant et le plus marquant que j’ai pu faire.

Décembre 2009, Mathieu et moi cherchions une destination qui alliait randonnée en haute altitude et découverte d’une autre culture et de mode de vie. Nous optons finalement pour 3 semaines en Tanzanie avec au programme une semaine pour l’ascension du Kilimandjaro à 5895 mètres, une semaine de safaris dans les réserves naturelles et une semaine de ballade dans les villages et tribus tanzaniennes grâce à notre guide John Bakari.

depart-aventure-voyage-tanzanie

Prêts pour une belle aventure

Arrivé à l’aéroport de Dar es Salam, nous rejoignons l’immense station de bus d’Ubungu et apprécions le changement radical de paysage. Nous rencontrons Abdul qui accueille régulièrement les clients de John. Plus qu’un intermédiaire, nous sympathisons très vite avec Abdul, qui deviendra notre grand frère durant notre séjour.

village-tanzanien-bus

Traversée de villages vus du bus

Nous arrivons trop tard pour prendre le bus d’Arusha au pied du Kili. Abdul nous propose faute de bus direct, de faire le trajet en deux fois et de nous accompagner à Tanga. Nous rejoindrons Arusha le lendemain avec un jour de retard.

ballade-tanga-tanzanie

Ballade dans Tanga

Quelques heureux imprévus qui nous permettent de faire la connaissance des amis d’Abdul et de passer une très belle journée avec baignade dans la mer rouge, ballades dans Tanga et découverte d’un resto tanzanien (et de la bière locale).

abdul-tanga-tanzanie

Avec Abdul (à gauche)

baignade-mer-rouge-tanga-1

Baignade dans la mer rouge

baignade-mer-rouge-tanga-grimpe-arbres
Baignade dans la mer Rouge

Après 8h de bus pour rejoindre Tanga, nous rejoignons Leganga (village de John Bakari proche d’Arusha) après 7 nouvelles heures dans un bus plein à craquer (et qui nous fait de drôles de frayeur quand il double).

bus-tanzanien-complet

Bus chargé au maximum

Nous faisons la connaissance de John et sa famille. En attendant le départ le lendemain pour le kili, nous nous promenons avec Daniel un masaï avec lequel nous avons un très riche échange sur la culture, la philosophie masaï et sur la faune et la flore locale qu’il nous fait découvrir. Selon lui « The most important thing in life is not what you have but what you have to share ».

Mont-Meru-Leganga-Masai

Daniel et moi devant le Mont Meru

* Semaine 1 : Le Kilimandjaro

Je vous invite à cliquer sur le lien ci dessous, l’ayant largement partagé dans la partie « rando ».

http://www.travelmakepeople.com/kilimandjaro/

* Semaine 2 : Les safaris

Avant de repartir à l’aventure, nous repassons par Leganga où nous faisons part de notre émerveillement sur le kili. L’occasion de faire une nouvelle ballade en compagnie de Gadson, le fils de John, et de nombreux enfants de Leganga surpris de nous voir.

enfants-leganga-tanzanie

Ballade avec les enfants de Leganga

Nous passerons la fin de notre aventure avec une nouvelle équipe très sympa avec qui nous rigolerons beaucoup. Pierre (« Piéré ») au volant de la Jeep et Gabriel à la toque.

Pierre-Gaby-guide-cuisinier-tanzanie-safari

Pierre et Gaby

- Tarangire

Nous nous dirigeons vers réserve naturelle de Tarangire réaliser un rêve d’enfant. Aller rencontrer les animaux sauvages dans leur milieu naturel, la savane. Tarangire est un parc national traversé par la rivière Tarangire, qui devient le seul point d’eau permanent de la région à la fin de la saison des pluies, d’où une forte concentration d’animaux herbivores dont beaucoup d’éléphants. Le parc s’étend de 100 km de long et en moyenne 30 de large.

Carte-reserves-animaux-tanzanie

Itinéraire des safaris

A l’entrée du parc, nous rencontrons un premier baobab, rares dans le nord de la Tanzanie mais qui abondent dans le parc. Nous montons à bord de la Jeep et pénétrons dans le parc, éclairés par les commentaires de Pierre. Les premiers animaux sauvages apparaissent au bout de quelques minutes … Les premiers que nous avons la chance d’apercevoir sont des gazelles et un immense troupeau de gnous. Puis une autruche, une girafe qui vivent autour des gazelles et gnous en parfaite harmonie.

Baobab-tarangire-tanzanie

Baobab géant à l’entrée du parc Tarangire

troupeau-gnous-tarangire-tanzanie

Troupeau de gnous

gazelles-tarangire-tanzanie-gnous

Gazelles Thompson au premier plan

girafe-masai-tarangire-tanzanie

Girafe Masaï (couleur ébène)

Autruche-solitaire-tanzanie

Autruche solitaire

Nous apercevons la rivière Tarangire qui subit la sécheresse importante de la saison. Quelques éléphants s’y rafraîchissent.

riviere-tarangire-assechee-elephants

Ce qu’il reste de la rivière Tarangire en saison sèche

Nous poursuivons notre chemin et faisons la connaissance d’une lionne, de zèbres et d’antilopes et d’un aigle qui nous fera une démonstration de chasse très spectaculaire à Manyara en attrapant au vol une espèce de marmotte (je ne me souviens plus du nom) qui tentait de s’échapper en plongeant d’un arbre dans un buisson dans lequel s’est violemment empêtré l’aigle.

lionne-tarangire-chemin

Une lionne pas affolée de notre présence

zebre-top-modele-tanzanie

Un zèbre prend la pause sous son meilleur profil

troupeau-antilopes-tarangire

Troupeau d’antilopes

aigle-affut-tarangire-tanzanie

Un aigle à l’affût

Nous rencontrons enfin éléphants et éléphanteaux, dont l’un d’entre eux qui nous aurions pu effleurer tant il passait paisiblement à 30 centimètres de la Jeep. Impressionnant ! Un peu plus loin, nous observons les impressionnantes termitières aux formes particulièrement suggestives.

famille-elephant-ballade-tanzanie

Famille d’éléphants en ballade

termitière-érectile-tanzanie-tanzanie

Termitière érectile

Nous pique niquons à l’intérieur du parc, non loin des troupeaux herbivores.

Nous nous arrêtons un moment pour observer une colonie de babouins très amusants avant de perturber la pause déjeuner de quelques lions qui ont fraichement attrapé une petite gazelle.

babouins-tanzanie-tarangire

Babouins facétieux

babouins-amour-tanzanie

Chacun son tour

repas-lions-tarangire

Lions en plein repas

Pierre tient à trouver un léopard pour trouver le 3e animal du « big 5″. Le big 5 est composé de 5 animaux choisis par Hemingway dans « les neiges du Kilimandjaro ». Ces 5 animaux sont les plus prisés des photographes de safari et des chasseurs, chaque animal du big 5 apportant un trophée de chasse … Après avoir rencontré les lions et les éléphants, l’oeil averti de Pierre trouve le léopard perché très discrètement en haut d’un arbre. Quelques instants plus tard, nous apercevons des buffles, 4e animaux du big 5. Nous rencontrerons le 5e au cratère Ngorongoro.

leopard-perche-arbre-tanzanie

Le voyez-vous ?

leopard-perche-arbre-tarangire-tanzanie

Lui, nous a repéré

sieste-leopard-arbre-tanzanie

Mais ça ne perturbera pas sa sieste

buffles-tanzanie-big5

Les buffles, membres du « big5″

En quittant le parc, direction la réserve de Manyara, nous trouvons un éléphant qui s’est éloigné de la zone protégée victime des braconniers.

braconnage-elephants-ivoire-trafic

Le trafic de l’Ivoire sévit fortement en Tanzanie

- Manyara

Après une nuit au camp de Manyara, nous parcourons le parc l’occasion de prendre d’autres photos sympathiques notamment des hippopotames considéré comme l’animal le plus dangereux d’Afrique. Bien qu’herbivore, il défend férocement son territoire. Doté de canines de 50 cm de long, il peut charger à 45 km/h, soit bien plus vite qu’un homme, nous voilà prévenus.

girafes-hippopotames-parc-manyara

Girafes et Hippopotames au parc de Manyara

gnous-phacochere-pumba

Un phacochère en vadrouille chez les gnous

Le parc Manyara est assez petit (325 km²) mais est très riche dans la diversité animale du fait du lac qui peut recouvrir jusqu’à 2/3 du parc en saison humide et s’assécher complètement lors de périodes très sèches.

- Serengeti

Après une nouvelle nuit au camp, nous nous rendons au parc national Serengeti, le second parc en superficie d’Afrique (+ de 14 000 m²) qui regroupe plus de 4 millions d’animaux (dont 1 500 000 gnous qui migrent du Kenya avec les herbivores lors de la saison des pluies).

reptile-multicolor-parc-serengeti

Reptile multicolore du parc Serengeti

famille-elephant-herbe-seche

Troupeau d’éléphants dans l’herbe sèche

hyenes-tanzanie-serengeti

Quelques hyènes discrètes

Nous y retrouvons tous les animaux déjà rencontrés et avons la chance de rencontrer un nouveau léopard pourtant peu nombreux et souvent bien cachés. Quelques minutes plus tard, Mathieu subit les effets d’une maladie tropicale et doit s’arrêter à quelques centaines de mètres du léopard, l’occasion de prendre un cliché amusant qu’il ne vaut mieux pas dévoiler.

leopard-perche-afrique

Un autre léopard perché

Nous passons une bonne heure près d’un groupe de lions très paisibles qui s’installe à l’ombre sous nos yeux à quelques 5 mètres de nous et avons la chance de voir arriver un magnifique lionceau qui passe bien accompagné à 2 mètres de la Jeep …

lion-chasse-tanzanie

Lion en action

lionceau-serengeti

Un lionceau en pleine forme qui échappe à la mortalité très importante des lionceaux la première année

lionne-lionceau-serengeti

Maman veille bien sur lui

lionnes-ombre-arbre-serengeti

Un petit coin d’ombre pour se détendre

lions-arbre-ombre-serengeti

à 2,50 mètres de nous en pleine savane

En continuant notre route, nous rencontrons l’incarnation zèbresque des Beatles !

zebres-beatles-crossing-abbey-road

4 zèbres dans le vent

Avant d’assister à une scène extraordinaire de chasse de 3, 4 lions encerclant un troupeau de gazelles. Une tentative assez timide cela dit, car les lions ont abandonné leur projet au bout de quelques secondes. Pour sûr, ils seront plus entreprenants quand la faim les guettera réellement …

lion-gazelles-repos-chasse

Pause syndicale

Nous passons la nuit en plein coeur du parc où il est coutumier d’apercevoir quelques singes et hyènes y chercher ce que nous aurions pu y laisser. Nous nous amusons à jouer de nuit à celui qui s’éloigne le plus loin de la tente au risque d’y faire quelques rencontres, mais peu téméraires, nous rentrons rapidement passer une nuit paisible.

Nous arpentons une deuxième journée le parc Serengeti où nous passons la pause du midi proche des hippopotames et d’un imposant crocodile sur l’autre rive, bien camouflé sur la roche.

baignade-hippopotames-serengeti

L’heure de la baignade pour les Hippos

On ne s'approchera guère des plus des "mangeurs d'hommes"

On ne s’approchera guère des plus des « mangeurs d’hommes »

crocodile-serengeti

Un beau croco sur la rive

vautours-serengeti

Les vautours guêtent la fin de repas des fauves

camp-serengeti

Camp où nous dormirons en tente au coeur du parc

hyene-serengeti

Hyène

- Cratère Ngorongoro

La dernière étape de notre safari se termine au magnifique cratère Ngorongoro. Le cratère s’est formé à la suite de l’effondrement d’un volcan sur lui-même lorsque sa chambre magmatique s’est vidée au cours d’une éruption volcanique. La superficie du cratère est de 326 km2 (22 km de diamètre) et regroupe plus de 400 espèces d’oiseaux ! Et nous avons même eu la chance d’apercevoir … le dernier animal du big 5, les trop rares rhinocéros ! Malheureusement, impossible de les photographier, nous n’avons pu les observer qu’aux jumelles au loin aspirant à un peu plus de paisibilité.

vue-cratere-ngorongoro

oiseaux-cratere-ngorongoro

Le cratère et ses oiseaux

antilopes-serengeti

Groupe d’Antilopes

couple-autruche-serengeti

Un couple d’Autruche

animaux-sauvages-perte-de-vue-ngorongoro

Des milliers de bêtes à perte de vue !

Notre chapitre safari se clôt dans un camp davantage animé où nous rencontrons quelques joueurs de cartes, buvons quelques bières locales (Safari, Kilimandjaro, Serengeti) et piquons une tête dans la piscine.

bieres-tanzaniennes

Il fallait bien goûter les bières locales

cuisine-tanzanienne

Et aux talents gastronomes de Gaby

* Semaine 3 : Les villages

Nous souhaitions partir à la rencontre des tribus tanzaniennes pour découvrir une autre philosophie de vie, un autre rapport à l’humain, à la nature par le biais d’échanges spontanés.

Cet objectif n’a été qu’à moitié atteint du fait que certaines tribus nous accueillaient et ont partagé leur mode de vie contre rétribution financière orchestrée par notre guide.

Nous étions davantage perçus comme porte-feuilles ambulants plutôt qu’une occasion de partager et d’échanger les cultures et cela nous a mit assez mal à l’aise.

Bien que très intéressant, si cela serait à refaire, je m’enfoncerai davantage dans les terres à la recherche de davantage de spontanéité délesté du cadre un peu trop organisé de notre aventure. Heureusement, nous avons eu la chance de faire de très belles rencontres dans un village hors des sentiers battus, curieux d’y voir débarquer deux visiteurs à peau claire.

- Tribu Barback

Notre première visite nous emmène dans la tribu des Barback qui sont d’excellents forgerons. Nous les observons pendants qu’ils forgent colliers, bracelets, pointes de flèches, couteaux … avec une grande dextérité avant de recevoir une leçons de fabrication de farine en écrasant les grains de blé entre deux cailloux. Nous quittons les Barback dans une danse chantée traditionnelle à laquelle ils nous invitent à participer en rebondissant le plus haut possible à la manière de leurs voisins Masaï.

tribu-barback-forgerons

Les forgerons Barback

barback-tribu-tanzanie

Fabrication de pointes de flèches

productions-forgerons-barback-tanzanie

Quelques productions

fabrication-farime-bushmens

Fabrication de farine

Avant de rejoindre le camp, nous nous arrêtons découvrir le lac Eyasi, complètement asséché en cette saison et assistons à un magnifique coucher de soleil.

Coucher-soleil-lac-eyas

Ballade sur le lac Eyas asséché en cette saison

coucher-soleil-lac-eyas-tanzanie

Avant d’assister à un magnifique coucher de soleil

coucher-soleil-lac-eyasi-afrique

- Tribu Bushmen

Le lendemain, nous nous rendons au village des Bushmens, une tribu de chasseurs cueilleurs qui nous apprennent à faire du feu à l’aide de deux morceaux de bois avant de nous proposer de fumer leur herbe locale.

tribu-chasseur-bushmens

Tribu des chasseurs Bushmens

tribu-chasseurs-bushmens-tanzanieUne fois le calumet de la paix partagé, ils nous confient des arcs et flèches pour partir à la chasse en leur compagnie. Nous nous prêtons au jeu pourtant peu adeptes de la chasse, celle ci différant du fait qu’ils ne chassent pas pour le plaisir mais bien pour survivre.

chasseurs-bushmens-chasse

Attentifs

chasse-tanzanie-bushmens

On apercevra une gazelle non loin, trop rapide

Nous croiserons quelques gazelles, trop rapides avant qu’un malheureux Bush baby (info sorte de petite singe) ne fasse les frais d’une traque acharnée. L’animal est dépecé, grillé et mangé dans l’instant (un petit goût de poulet épicé). Nous quittons les Bushmens après une jolie danse traditionnelle.

chasse-bushmens-bush-baby

L’animal est repéré 5 mètres plus haut

bush-baby-chasse-bushmens

Le bush baby traqué

Le lendemain, nous profitons d’une demie journée de transition pour aller courir dans le « bush » africain. Une chaleur écrasante nous accable (40 °C), étant réfugié sur les hauteurs, nous décidons de rejoindre le village en contrebas, nous croiserons un groupe de babouins en bordure du parc Manyara. La descente est agréable, cependant le footing retour dans l’ascension du col en plein cagnard est épique et reste un souvenir agréable.

- Le village, les champs, l’école

Notre dernière aventure nous emmène en vélo dans un village éloigné qui n’attendait pas notre visite (Yes). En chemin, une pédale cède, nous devons revoir l’organisation du convoi.

ballade-velo-village-tanzanien

Ballade en vélo dans les villages tanzaniens

A-travers-les-villages-tanzaniens

La pédale en délicatesse, nous adaptons l’organisation

Etonnés, nous recevons un accueil chaleureux de la tribu. Nous pénétrons dans le « bar » local ou une femme fait macérer une étrange mixture. Les anciens ne nous quittent pas des yeux avec un immense sourire que nous leur rendons.

village-maison-tanzanie

Village tanzanien

bar-local-tanzanie-village

Le bar local

Après avoir trouvé un réparateur de pédale, nous nous rendons dans les champs ou un paysan nous propose de participer au labourage de sa parcelle. Nous lui accordons une petite pause pendant qu’il se moque très amicalement de notre manque d’efficacité.

travail-champs-tanzanien

Travail dans les champs

Quelques kilomètres plus loin, nous faisons le tour du collège et discutons quelques minutes avec un enseignant dans sa classe.

Mais le meilleur moment reste sans conteste notre rencontre avec Boniface à l’école élémentaire. Nous arrivâmes pendant le moment récréatif (aucune clôture ici, les enfants ne manquent pas d’espace), pendant lequel Boniface nous propose de l’accompagner dans sa classe et d’improviser une petite leçon sur la géographie, l’histoire, la culture et la langue française. Mathieu et moi étant instits, acceptons avec grand plaisir et pénétrons dans la classe de 60 à 70 enfants (!) complètement silencieux, impressionnant !

ecole-village-tanzanien

Ecole du village

En Tanzanie, il y a deux langues officielles en plus des nombreux dialectes parlés dans les différentes tribus : le swahili (quasiment parlé par tous) et l’anglais (car ancienne colonie anglaise indépendante depuis 1961) qui est maîtrisé dans les villes et beaucoup moins dans les campagnes.

Nous nous exprimons en anglais traduit en swahili pour les enfants par leur enseignant.

Pendant une bonne heure, les enfants nous écoutent dans un silence religieux, nous posant quelques questions auxquelles nous répondons avec plaisir. Nous terminons par leur apprendre quelques mots de français, que nous traduisons nous même avec le peu de swahili appris, qu’ils répètent avec beaucoup d’amusement.

ecole-tanzanie-classe

Dans la classe avec 60 enfants

Pour nous remercier, ils nous interprètent deux chansons, une en swahili et la seconde en anglais, un moment fort …

ecole-classe-tanzanie

Nous retrouvons Pierre et Gabi pour retourner à Arusha et prendre le bus retour pour Dar es Salam où nous attends notre avion, ultime occasion de profiter de nos deux amis et d’interprêter ensemble les chansons sans frontière de Bob Marley en nous délectant une dernière fois des villages et routes africaines …

Le tout en image, vidéo et musique (avec un clin d’oeil au générique du roi lion)

Êtes vous plutôt safaris, ascension du Kilimandjaro ou dépaysement culturel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>