Travel Make People

Une petite bulle d’air à Sofia

L’année 2020 fut une année bien délicate pour tous les globe trotteurs. Après deux voyages à l’étranger annulés pour cause d’épidémie de coronavirus, nous parvînmes à nous échapper quelques jours à Sofia en Bulgarie en octobre pour prendre une grande et belle bouffée d’oxygène dans une très belle ville encore très active au pied de la montagne.

Pourquoi Sofia et la Bulgarie ?

J’ai choisi Sofia car cette une destination qui m’était totalement inconnue. Découvrir la culture bulgare m’enthousiasmait et puis il faut dire aussi qu’en pleine crise covid, la Bulgarie échappait encore aux privations. C’était une belle occasion de retrouver un peu de liberté pour aller savourer une bière dans un bar, manger local au resto ou profiter de la nuit sans couvre feu.

Une première bière au soleil loin de la covid

Un autre argument de poids, le prix du voyage ! Nous sommes partis de l’aéroport de Paris – Beauvais en dernière minute et ce, en plein milieu des vacances scolaires pour 80 € aller / retour (l’A/R peut descendre sous les 50 € hors vacances scolaires actuellement via Ryan air ou Wizz air). Le coût de la vie en Bulgarie y est également moins élevé de 50% par rapport à la France, ce qui vous permettra de vous faire plaisir facilement sur place. La bière locale et les taxis n’y sont vraiment pas chers et vous permettra de vous déplacer très facilement dans la ville (pour les taxis hein).

Le dernier point qui nous a motivé, c’est la proximité de la montagne. Le Vitosha est accessible en bus ou en taxi du centre ville en 45 min. Vous pourrez facilement y faire de belles ballades avec une vue panoramique surplombant toute la ville de Sofia jusqu’à 2290m d’altitude. Nous y passerons deux journées sur nos 3 de présence en Bulgarie.

Vue panoramique sur Sofia

La Bulgarie mérite un périple plus long. J’ai référencé sur cette carte interactive tous les les points qui ont attiré mon attention. Il faudra y revenir pour aller les explorer !!

Vous retrouverez également sur la carte, tous les monuments, restos et bars de Sofia que j’ai trié sur le volet 😉

Carte interactive de tous les points d’intérêt à Sofia et en Bulgarie (cliquez pour ouvrir)

Histoire de Sofia en bref

La ville de Sofia remonte à la Préhistoire, oui oui des humains s’y sont installés dès la période du Néolithique mais c’est durant l’Antiquité que Sofia devint une ville importante. La tribu thrace des Serdes y fonda au VIIIe siècle avant J-C la ville de Serdica qui n’est qu’autre que le nom antique de Sofia.

Je vous épargne les périodes très lointaines et pour faire un petit zoom sur l’histoire contemporaine de Sofia qui fut libérée de 5 siècles de domination ottomane en 1878 par … les russes, vous vous en doutiez.

Les russes, nous y venons. Après avoir été partiellement détruite pendant la Seconde guerre mondiale, le Royaume de Bulgarie du roi Boris III, qui avait adhéré à l’axe Allemagne Italie Japon, est libéré par l’Armée rouge russe une nouvelle fois en septembre 1944 et rejoint ensuite les forces alliées pour combattre aux côtés de l’Armée rouge.

Bombardement à Sofia

Dès lors, la Bulgarie sera pendant 45 ans sous régime communiste jusqu’au 10 novembre 1989 et la chute du mur de Berlin.

Après avoir été beaucoup imprégnée par l’influence turc durant 5 siècles de domination, la stanlinisation de la société bulgare fut totale. Collectivisation forcée des terres (kolkozes), 45 goulag de travaux forcés, régime totalitaire, police politique, autant d’adaptations qui placèrent rapidement la Bulgarie comme le « bon élève du communisme » et qui marqua profondément la ville de l’empreinte communiste.

Fruit des influences préhistoriques, antiques, ottomanes et communistes, Sofia jouit aujourd’hui d’un patrimoine historique, archéologique et artistique très riche et en fait un véritable carrefour des civilisations et des cultures.

Une très belle ville

Durant nos 3 jours bulgares, nous avons pu visiter la ville toute la première journée. Nous passerons les deux suivantes dans la montagne avec tout le loisir d’arpenter les rues de Sofia à la recherche des plaisirs gastronomiques si précieux en cette période de pandémie et de restrictions.

A tout seigneur tout honneur, au pied de notre très chouette airbnb, trône le monument le plus visité de Sofia, la sublimissime cathédrale Alexandre Nevski.

Cathédrale Alexandre Nevski

C’est une des cathédrale orthodoxe des plus vastes du monde avec sa capacité de 10 000 fidèles. Elle fut achevée en 1898 en l’honneur des soldats russes tombés lors de guerre qui libéra les bulgares de la domination de l’empire ottoman.

Tout proche de la cathédrale, nous tomberons nez à nez avec cette très belle église russe Saint-Thomas non loin de la Basilique Sainte-Sophie.

Église russe Saint-Nicolas

Cette superbe église fut construite en 1907 en lieu et place d’une mosquée toujours après la libération bulgare par les russes aux dépends des turcs.

On dit que des miracles se produisent dans la petite chapelle souterraine de l’église russe.

Église de Saint-Paraskeva construite en 1704

Cette statue équestre a été érigée en hommage au tsar Alexandre II qui a libéré la Bulgarie de l’occupation ottomane, après la guerre russo-turque de 1877-1878. Ce mémorial néoclassique a été réalisé en 1903 par le sculpteur italien Arnoldo Zocchi et le Bulgare Nikola Lazarov. Le monument en granite poli de Vitocha Elles représentent des soldats russes et bulgares à cheval, en mouvement, guidés par la déesse de la victoire qui brandit son épée. Au dessus de cette partie centrale s’élève la statue équestre du tsar, majestueux, tranquille.

face au bâtiment de l’assemblée nationale de Bulgarie

témoignage de la reconnaissance du peuple bulgare au Tsar Libérateur Alexandre II et à toute la Russie naît immédiatement après la Libération de la domination ottomane en 1878.

Le monument haut de 12 m se dresse en face de l’édifice de l’Assemblée nationale, la figure centrale repésentant l’empereur Alexandre II à cheval tenant dans la main droite le Manifeste de déclaration de la guerre. Sur la face nord du relief qui fait le tour du monument il y a Niké, la déesse grecque de la victoire, suivie par les principaux acteurs dans le conflit – le général Gourko, commandant de l’avant-garde dont faisait partie l’unité des volontaires bulgares, le général Skobélév à la tête de la brigade cosaque du Caucase ayant pris part aux batailles épiques de Pleven et Cheinovo, le comte Ighnatiev, diplomate et homme d’Etat. Derrière eux marchent les volontaires bulgares, dont Dimitar Petkov (1858-1907), décoré pour sa bravoure de la Croix de St Georges, élu populaire et maire de Sofia. Sur la face sud du monument est représenté le peuple bulgare qui se joint à l’armée russe libératrice et lui apporte aide et soutien.

Monument au tsar libérateur Alexander II, Crédit : Georgi Yordanov

Eglise Sveta Petka Samardjiiska

Amphithéâtre de Serdica

Soviet army monument

Knyazheska Garden

The Mound of Brotherhood

D’autres endroits :

– Ladies Market :

– bains thermaux (plus en activité…)

– Pont aux Lions :

– Marché central de Sofia
– Regional History Museum
– Théâtre national Ivan Vazov
– Rue Tsar Ivan Shishman : Sympathique et branchée, elle est bordée de petits cafés, de bars et d’excellents restos sympas et « trendy »
Vassil Levski Monument
Pont aux Aigles
Parc Borisova Gradina
Monument à l’armée soviétique

Synagogue de Sofia

Grande Mosquée de Sofia

bars, resto etc

resto The Little Things, rue Tsar Shishman

Retrouvez tous les endroits à voir à boire ou manger de Sofia (cliquez pour ouvrir)

La montagne en 45 minutes

sdr

Nos randos, sofia 590m alt PC 2290m (Černi vrăh – Pic Noir)

tag et descriptions en dessous article

Souhaits 2021

Article en cours d’écriture …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *